Bible-Habakuk

< Retour Bible

Habakuk

35-habakuk
habakuk
Chapitres : 1 2 3

HABAKUK 1


Hab. 1.1 Oracle révélé à Habakuk, le prophète.
Hab. 1.2 Jusqu'à quand, ô Eternel?... J'ai crié, Et tu n'écoutes pas! J'ai crié vers toi à la violence, Et tu ne secours pas!
Hab. 1.3 Pourquoi me fais-tu voir l'iniquité, Et contemples-tu l'injustice? Pourquoi l'oppression et la violence sont-elles devant moi? Il y a des querelles, et la discorde s'élève.
Hab. 1.4 Aussi la loi n'a point de vie, La justice n'a point de force; Car le méchant triomphe du juste, Et l'on rend des jugements iniques.
Hab. 1.5 Jetez les yeux parmi les nations, regardez, Et soyez saisis d'étonnement, d'épouvante! Car je vais faire en vos jours une oeuvre, Que vous ne croiriez pas si on la racontait.
Hab. 1.6 Voici, je vais susciter les Chaldéens, Peuple furibond et impétueux, Qui traverse de vastes étendues de pays, Pour s'emparer de demeures qui ne sont pas à lui.
Hab. 1.7 Il est terrible et formidable; De lui seul viennent son droit et sa grandeur.
Hab. 1.8 Ses chevaux sont plus rapides que les léopards, Plus agiles que les loups du soir, Et ses cavaliers s'avancent avec orgueil; Ses cavaliers arrivent de loin, Ils volent comme l'aigle qui fond sur sa proie.
Hab. 1.9 Tout ce peuple vient pour se livrer au pillage; Ses regards avides se portent en avant, Et il assemble des prisonniers comme du sable.
Hab. 1.10 Il se moque des rois, Et les princes font l'objet de ses railleries; Il se rit de toutes les forteresses, Il amoncelle de la terre, et il les prend.
Hab. 1.11 Alors son ardeur redouble, Il poursuit sa marche, et il se rend coupable. Sa force à lui, voilà son dieu!
Hab. 1.12 N'es-tu pas de toute éternité, Eternel, mon Dieu, mon Saint? Nous ne mourrons pas! O Eternel, tu as établi ce peuple pour exercer tes jugements; O mon rocher, tu l'as suscité pour infliger tes châtiments.
Hab. 1.13 Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, Et tu ne peux pas regarder l'iniquité. Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu, Quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui?
Hab. 1.14 Traiterais-tu l'homme comme les poissons de la mer, Comme le reptile qui n'a point de maître?
Hab. 1.15 Il les fait tous monter avec l'hameçon, Il les attire dans son filet, Il les assemble dans ses rets: Aussi est-il dans la joie et dans l'allégresse.
Hab. 1.16 C'est pourquoi il sacrifie à son filet, Il offre de l'encens à ses rets; Car par eux sa portion est grasse, Et sa nourriture succulente.
Hab. 1.17 Videra-t-il pour cela son filet, Et toujours égorgera-t-il sans pitié les nations?

HABAKUK 2


Hab. 2.1 J'étais à mon poste, Et je me tenais sur la tour; Je veillais, pour voir ce que l'Eternel me dirait, Et ce que je répliquerais après ma plainte.
Hab. 2.2 L'Eternel m'adressa la parole, et il dit: Ecris la prophétie: Grave-la sur des tables, Afin qu'on la lise couramment.
Hab. 2.3 Car c'est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas; Si elle tarde, attends-la, Car elle s'accomplira, elle s'accomplira certainement.
Hab. 2.4 Voici, son âme s'est enflée, elle n'est pas droite en lui; Mais le juste vivra par sa foi.
Hab. 2.5 Pareil à celui qui est ivre et arrogant, L'orgueilleux ne demeure pas tranquille; Il élargit sa bouche comme le séjour des morts, Il est insatiable comme la mort; Il attire à lui toutes les nations, Il assemble auprès de lui tous les peuples.
Hab. 2.6 Ne sera-t-il pas pour tous un sujet de sarcasme, De railleries et d'énigmes? On dira: Malheur à celui qui accumule ce qui n'est pas à lui! Jusques à quand?... Malheur à celui qui augmente le fardeau de ses dettes!
Hab. 2.7 Tes créanciers ne se lèveront-ils pas soudain? Tes oppresseurs ne se réveilleront-ils pas? Et tu deviendras leur proie.
Hab. 2.8 Parce que tu as pillé beaucoup de nations, Tout le reste des peuples te pillera; Car tu as répandu le sang des hommes, Tu as commis des violences dans le pays, Contre la ville et tous ses habitants.
Hab. 2.9 Malheur à celui qui amasse pour sa maison des gains iniques, Afin de placer son nid dans un lieu élevé, Pour se garantir de la main du malheur!
Hab. 2.10 C'est l'opprobre de ta maison que tu as résolu, En détruisant des peuples nombreux, Et c'est contre toi-même que tu as péché.
Hab. 2.11 Car la pierre crie du milieu de la muraille, Et le bois qui lie la charpente lui répond.
Hab. 2.12 Malheur à celui qui bâtit une ville avec le sang, Qui fonde une ville avec l'iniquité!
Hab. 2.13 Voici, quand l'Eternel des armées l'a résolu, Les peuples travaillent pour le feu, Les nations se fatiguent en vain.
Hab. 2.14 Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de l'Eternel, Comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent.
Hab. 2.15 Malheur à celui qui fait boire son prochain, A toi qui verses ton outre et qui l'enivres, Afin de voir sa nudité!
Hab. 2.16 Tu seras rassasié de honte plus que de gloire; Bois aussi toi-même, et découvre-toi! La coupe de la droite de l'Eternel se tournera vers toi, Et l'ignominie souillera ta gloire.
Hab. 2.17 Car les violences contre le Liban retomberont sur toi, Et les ravages des bêtes t'effraieront, Parce que tu as répandu le sang des hommes, Et commis des violences dans le pays, Contre la ville et tous ses habitants.
Hab. 2.18 A quoi sert une image taillée, pour qu'un ouvrier la taille? A quoi sert une image en fonte et qui enseigne le mensonge, Pour que l'ouvrier qui l'a faite place en elle sa confiance, Tandis qu'il fabrique des idoles muettes?
Hab. 2.19 Malheur à celui qui dit au bois: Lève-toi! A une pierre muette: Réveille-toi! Donnera-t-elle instruction? Voici, elle est garnie d'or et d'argent, Mais il n'y a point en elle un esprit qui l'anime.
Hab. 2.20 L'Eternel est dans son saint temple. Que toute la terre fasse silence devant lui!

HABAKUK 3


Hab. 3.1 Prière d'Habakuk, le prophète. (Sur le mode des complaintes.)
Hab. 3.2 Eternel, j'ai entendu ce que tu as annoncé, je suis saisi de crainte. Accomplis ton oeuvre dans le cours des années, ô Eternel! Dans le cours des années manifeste-la! Mais dans ta colère souviens-toi de tes compassions!
Hab. 3.3 Dieu vient de Théman, Le Saint vient de la montagne de Paran... Pause. Sa majesté couvre les cieux, Et sa gloire remplit la terre.
Hab. 3.4 C'est comme l'éclat de la lumière; Des rayons partent de sa main; Là réside sa force.
Hab. 3.5 Devant lui marche la peste, Et la peste est sur ses traces.
Hab. 3.6 Il s'arrête, et de l'oeil il mesure la terre; Il regarde, et il fait trembler les nations; Les montagnes éternelles se brisent, Les collines antiques s'abaissent; Les sentiers d'autrefois s'ouvrent devant lui.
Hab. 3.7 Je vois dans la détresse les tentes de l'Ethiopie, Et les tentes du pays de Madian sont dans l'épouvante.
Hab. 3.8 L'Eternel est-il irrité contre les fleuves? Est-ce contre les fleuves que s'enflamme ta colère, Contre la mer que se répand ta fureur, Pour que tu sois monté sur tes chevaux, Sur ton char de victoire?
Hab. 3.9 Ton arc est mis à nu; Les malédictions sont les traits de ta parole... Pause. Tu fends la terre pour donner cours aux fleuves.
Hab. 3.10 A ton aspect, les montagnes tremblent; Des torrents d'eau se précipitent; L'abîme fait entendre sa voix, Il lève ses mains en haut.
Hab. 3.11 Le soleil et la lune s'arrêtent dans leur demeure, A la lumière de tes flèches qui partent, A la clarté de ta lance qui brille.
Hab. 3.12 Tu parcours la terre dans ta fureur, Tu écrases les nations dans ta colère.
Hab. 3.13 Tu sors pour délivrer ton peuple, Pour délivrer ton oint; Tu brises le faîte de la maison du méchant, Tu la détruis de fond en comble. Pause.
Hab. 3.14 Tu perces de tes traits la tête de ses chefs, Qui se précipitent comme la tempête pour me disperser, Poussant des cris de joie, Comme s'ils dévoraient déjà le malheureux dans leur repaire.
Hab. 3.15 Avec tes chevaux tu foules la mer, La boue des grandes eaux.
Hab. 3.16 J'ai entendu... Et mes entrailles sont émues. A cette voix, mes lèvres frémissent, Mes os se consument, Et mes genoux chancellent: En silence je dois attendre le jour de la détresse, Le jour où l'oppresseur marchera contre le peuple.
Hab. 3.17 Car le figuier ne fleurira pas, La vigne ne produira rien, Le fruit de l'olivier manquera, Les champs ne donneront pas de nourriture; Les brebis disparaîtront du pâturage, Et il n'y aura plus de boeufs dans les étables.
Hab. 3.18 Toutefois, je veux me réjouir en l'Eternel, Je veux me réjouir dans le Dieu de mon salut.
Hab. 3.19 L'Eternel, le Seigneur, est ma force; Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, Et il me fait marcher sur mes lieux élevés. Au chef des chantres. Avec instruments à cordes.
Chapitres : 1 2 3

HABAKUK 1

Le livre d'Habacuc le prophète. 1:1 La charge qu’Habacuc le Prophète a vue. 1:2 Ô Éternel, jusques à quand crierai-je, sans que tu écoutes? Jusques à quand crierai-je vers toi: Violence, sans que tu délivres? 1:3 Pourquoi me fais-tu voir l’outrage, et vois-tu la perversité? Pourquoi y a-t-il fourragement et violence devant moi, et des gens qui élèvent débat et la querelle? 1:4 Parce que la Loi est sans force, et que le droit ne vient jamais en avant, à cause de cela le méchant environne le juste, et à cause de cela le jugement sort tout corrompu. 1:5 Regardez entre les nations, et voyez, et soyez étonnés et tout interdits, car je m’en vais faire en votre temps une oeuvre que vous ne croirez point quand on vous la racontera. 1:6 Car voici, je m’en vais susciter les Caldéens, qui sont une nation cruelle et impétueuse, marchant sur l’étendue de la terre, pour posséder des demeures qui ne lui appartiennent pas. 1:7 Elle est affreuse et terrible, son gouvernement et son autorité viendra d’elle-même. 1:8 Ses chevaux sont plus légers que les léopards, et ils ont la vue plus aiguë que les loups du soir; et ses gens de cheval se répandront çà et là, même ses gens de cheval viendront de loin: ils voleront comme un aigle qui se hâte pour repaître. 1:9 Elle viendra toute pour faire le dégât; ce qu’ils engloutiront de leurs regards sera porté vers l’Orient, et elle amassera les prisonniers comme du sable. 1:10 Elle se moque des Rois, et les Princes lui sont en risée: elle se rit de toutes les forteresses; en faisant des terrasses, elle les prendra. 1:11 Alors elle renforcera son courage, et passera outre, mais elle se rendra coupable, en disant que cette puissance qu’elle a est de son Dieu. 1:12 N’es-tu pas de toute éternité, ô Éternel, mon Dieu, mon Saint? Nous ne mourrons point, ô Éternel, tu l’as mis pour faire jugement; et toi, mon Rocher, tu l’as fondé pour punir. 1:13 Tu as les yeux trop purs pour voir le mal, et tu ne saurais prendre plaisir à regarder le mal qu’on fait à autrui. Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui? 1:14 Or tu as fait les hommes comme les poissons de la mer, et comme le reptile qui n’a point de dominateur. 1:15 Il a tout enlevé avec l’hameçon: il l’a amassé avec son filet, et l’a assemblé dans son rets: c’est pourquoi il se réjouira, et s’égayera. 1:16 À cause de cela il sacrifiera à son filet, et fera des encensements à son rets, parce qu’il aura eu par leur moyen une grasse portion, et que sa viande est une chose moelleuse. 1:17 Videra-t-il à cause de cela son filet? et ne cessera-t-il jamais de faire le carnage des nations?

HABAKUK 2

2:1 Je me tenais en ma sentinelle, et j’étais debout dans la forteresse, et faisais le guet, pour voir ce qui me serait dit, et ce que je répondrais sur ma plainte. 2:2 Et l’Éternel m’a répondu, et m’a dit: Écris la vision, et l’exprime lisiblement sur des tablettes, afin qu’on la lise couramment. 2:3 Car la vision est encore différée jusqu’à un certain temps, et l’Éternel parlera de ce qui arrivera à la fin, et il ne mentira point: s’il tarde, attends-le, car il ne manquera point de venir, et il ne tardera point. 2:4 Voici, l’âme qui s’élève en quelqu’un n’est point droite en lui: mais le juste vivra de sa foi. 2:5 Et combien plus l’homme adonné au vin est-il prévaricateur, et l’homme puissant est-il orgueilleux, ne se tenant point coi chez soi, qui élargit son âme comme le sépulcre, et est insatiable comme la mort, et amasse vers lui toutes les nations, et réunit à soi tous les peuples? 2:6 Tous ceux-là ne feront-ils pas un dicton de lui, et un brocard plein de dits notables contre lui? Et ne dira-t-on pas: Malheur à celui qui assemble ce qui ne lui appartient point; jusques à quand le fera-t-il, et entassera-t-il sur soi de la boue épaisse? 2:7 N’y en aura-t-il point qui tout incontinent s’élèveront pour te mordre? et ne s’en réveillera-t-il point qui te feront trotter, et à qui tu seras en pillage? 2:8 Parce que tu as butiné plusieurs nations, tout le reste des peuples te butinera, et à cause des meurtres des hommes, et de la violence faite au pays, à la ville, et à tous ses habitants. 2:9 Malheur à celui qui est convoiteux pour sa maison d’un gain mauvais et déshonnête, afin de mettre son nid en haut pour être délivré de la griffe du malin. 2:10 Tu as pris un conseil de confusion pour ta maison en consumant beaucoup de peuples, et tu as péché contre toi-même. 2:11 Car la pierre criera de la paroi, et la travaison lui répondra d’entre le bois. 2:12 Malheur à celui qui bâtit la ville avec le sang, et qui établit la ville avec l’iniquité. 2:13 Voici, n’est-ce pas de par l’Éternel des armées que les peuples travaillent pour en donner au feu tout son saoul, et que les nations se lassent pour en donner tout son saoul à la vanité? 2:14 Mais la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de l’Éternel, comme les eaux comblent la mer. 2:15 Malheur à celui qui fait boire son compagnon en lui approchant ta bouteille, et même l’enivrant, afin qu’on voie leur nudité. 2:16 Tu auras encore plus de déshonneur, que tu n’as eu d’honneur: toi aussi bois, et montre ton prépuce: la coupe de la dextre de l’Éternel fera le tour parmi toi, et un vomissement d’ignominie sera sur ta gloire. 2:17 Car la violence faite au Liban te couvrira; et le dégât fait par les grosses bêtes les rendra tout étonnés, à cause des meurtres des hommes, et de la violence faite au pays, à la ville, et à tous ses habitants. 2:18 De quoi sert l’image taillée que son ouvrier l’ait taillée? ce n’est que fonte, et qu’un docteur de mensonge: de quoi sert-elle, pour que l’ouvrier donc qui fait des idoles muettes se fie en son ouvrage? 2:19 Malheur à ceux qui disent au bois: Réveille-toi: et à la pierre muette: Réveille-toi; enseignera-t-elle? voici, elle est couverte d’or et d’argent, et toutefois il n’y a aucun esprit au-dedans. 2:20 Mais l’Éternel est au Temple de sa sainteté: toute la terre, tais-toi, redoutant sa présence.

HABAKUK 3

3:1 La requête d’Habacuc le Prophète pour les ignorances. 3:2 Éternel, j’ai ouï ce que tu m’as fait ouïr, j’ai été saisi de crainte, Ô Éternel; entretiens ton ouvrage en son être parmi le cours des années, fais-le connaître parmi le cours des années: souviens-toi, quand tu es en colère, d’avoir compassion. 3:3 Dieu vint de Téman, et le Saint vint du mont de Paran: Sélah. Sa Majesté couvrait les cieux, et la terre fut remplie de sa louange. 3:4 Sa splendeur était comme la lumière même, et des rayons sortaient de sa main: et là était la cachette de sa force. 3:5 La mortalité marchait devant lui, et le charbon sortait à ses pieds. 3:6 Il s’arrêta, et mesura le pays: il regarda, et fit tressaillir les nations: les montagnes qui ont été de tout temps furent brisées, et les coteaux des siècles se baissèrent: les chemins du monde sont à lui. 3:7 Je vis les tentes de Cusan accablées sous la punition; les pavillons du pays de Madian furent ébranlés. 3:8 L’Éternel était-il courroucé contre les fleuves? Ta colère était-elle contre les fleuves? ta fureur était-elle contre la mer, lorsque tu montas sur tes chevaux et sur tes chariots pour faire délivrance? 3:9 Ton arc se réveilla, et tira toutes les flèches, selon le serment fait aux Tribus, savoir ta parole: Sélah. Tu fendis la terre, et tu en fis sortir des fleuves. 3:10 Les montagnes te virent, et elles en furent en travail: l’impétuosité des eaux passa, l’abîme fit retentir sa voix, la profondeur leva ses mains en haut. 3:11 Le soleil et la lune s’arrêtèrent dans leur habitation, ils marchèrent à la lueur de tes flèches, et à la splendeur de l’éclair de ta hallebarde. 3:12 Tu marchas sur la terre avec indignation, et foulas les nations avec colère. 3:13 Tu sortis pour la délivrance de ton peuple, tu sortis avec ton Oint pour la délivrance: tu transperças le Chef, afin qu’il n’y en eût plus dans la maison du méchant, découvrant le fondement jusqu’au cou: Sélah. 3:14 Tu perças avec ses bâtons le Chef de ses bourgs, quand ils venaient comme une tempête pour me dissiper: ils s’égayaient comme pour dévorer l’affligé dans sa cachette. 3:15 Tu marchas avec tes chevaux par la mer, dans le monceau des grosses eaux. 3:16 J’ai entendu ce que tu m’as déclaré, et mes entrailles en ont été émues; à ta voix le tremblement a saisi mes lèvres; la pourriture est entrée en mes os, et j’ai tremblé dans moi-même, qui me reposerai au jour de la détresse, lorsque montant vers son peuple, il le mettra en pièces. 3:17 Car le figuier ne poussera point, et il n’y aura point de fruit dans les vignes: ce que l’olivier produit mentira, et aucun champ ne produira rien à manger; les brebis seront retranchées du parc, et il n’y aura point de boeufs dans les étables. 3:18 Mais moi, je me réjouirai en l’Éternel, et m’égayerai au Dieu de ma délivrance. 3:19 L’Éternel, le Seigneur est ma force, et il rendra mes pieds semblables à ceux des biches, et me fera marcher sur mes lieux élevés. Au maître chantre sur Néguinoth.
Chapitres : 1 2 3

HABAKUK

HABAKUK 1

1 L’oracle qu’a vu Habakuk, le prophète.*
— v. 1 : date : A.C. 615, environ (?).

2 Jusques à quand, Éternel, crierai-je, et tu n’entendras pas ? Je crie à toi : Violence ! et tu ne sauves pas.
3 Pourquoi me fais-tu voir l’iniquité, et contemples-tu l’oppression ? La dévastation et la violence sont devant moi, et il y a contestation, et la discorde s’élève.
4 C’est pourquoi la loi reste impuissante, et le juste jugement ne vient jamais au jour* ; car le méchant cerne le juste ; c’est pourquoi le jugement sort perverti.
— v. 4 : litt.: ne sort jamais.

5 Voyez parmi les nations, et regardez, et soyez stupéfaits ; car je ferai en vos jours une œuvre que vous ne croirez pas, si elle [vous] est racontée.
6 Car voici, je suscite les Chaldéens, la nation cruelle et impétueuse, qui marche par la largeur de la terre pour prendre possession de domiciles qui ne lui appartiennent pas.
7 Elle est formidable et terrible ; son jugement et sa dignité procèdent d’elle-même.
8 Ses chevaux sont plus rapides que les léopards, plus agiles que les loups du soir ; et ses cavaliers s’élancent* fièrement, et ses cavaliers viennent de loin : ils volent comme l’aigle se hâte pour dévorer.
9 Ils viennent tous pour la violence ; leurs faces sont toutes ensemble* tournées en avant ; ils rassemblent les captifs comme le sable.
10 Et il se moque des rois, et les princes lui sont une risée ; il se rit de toutes les forteresses : il entassera de la poussière et les prendra.
— v. 8 : ou : se répandent. — v. 9 : litt.: la foule (selon d’autres : le désir) de leurs faces.

11 Alors il changera de pensée*, et passera outre et péchera : cette puissance qu’il a, est devenue son #dieu ! —
12 Toi, n’es-tu pas de toute ancienneté, Éternel, mon Dieu, mon Saint ? Nous ne mourrons pas ! Ô Éternel, tu l’as établi pour le jugement, et tu l’as fondé, ô Rocher, pour châtier.
13 Tu as les yeux trop purs pour voir le mal, et tu ne peux contempler l’oppression. Pourquoi contemples-tu ceux qui agissent perfidement, [et] gardes-tu le silence quand le méchant engloutit celui qui est plus juste que lui ?
14 Tu rends aussi les hommes comme les poissons de la mer, comme la bête rampante qui n’a personne qui la gouverne.
15 Il les fait tous monter avec l’hameçon ; il les tire dans son filet, et les rassemble dans son rets ; c’est pourquoi il se réjouit et s’égaie :
16 c’est pourquoi il sacrifie à son filet, et brûle de l’encens à son rets, parce que, par leur moyen, sa portion est grasse et sa nourriture succulente.
17 Videra-t-il pour cela son filet, et égorgera-t-il toujours les nations, sans épargner ?
— v. 11 : litt.: esprit, état d’âme

*

HABAKUK 2

1 Je me placerai en observation et je me tiendrai sur la tour, et je veillerai pour voir ce qu’il me dira, et ce que je répliquerai quand il contestera avec moi.

2 Et l’Éternel me répondit et dit : Écris la vision et grave-la sur des tablettes, afin que celui qui la lit puisse courir.
3 Car la vision est encore pour un temps déterminé, et elle parle de la fin, et ne mentira pas. Si elle tarde, attends-la, car elle viendra sûrement, elle ne sera pas différée.
4 Voici, son âme enflée d’orgueil n’est pas droite en lui ; mais le juste vivra par sa foi.
5 Et bien plus, le vin est perfide* ; [cet] homme est arrogant et ne se tient pas tranquille, lui qui élargit son désir comme le shéol, et est comme la mort, et ne peut être rassasié ; et il rassemble vers lui toutes les nations, et recueille vers lui tous les peuples.
6 Tous ceux-ci ne proféreront-ils pas sur lui un proverbe, et une allégorie [et] des énigmes contre lui ? Et ils diront : Malheur à qui accumule ce qui n’est pas à lui : … jusques à quand ? — et qui se charge d’un fardeau de gages* !
7 Ne se lèveront-ils pas subitement, ceux qui te mordront ? et ne s’éveilleront-ils pas, ceux qui te tourmenteront ? et tu seras leur proie.
8 Car tu as pillé beaucoup de nations, [et] tout le reste des peuples te pillera, à cause du sang des hommes et de la violence [faite] au pays, à la ville, et à tous ceux qui y habitent.
— v. 5 : ou : insolent. — v. 6 : signifie aussi : de boue épaisse ; il y a un jeu de mots.

9 Malheur à qui fait un gain inique pour sa maison, afin de placer haut son nid, pour échapper à la main du malheur.
10 Tu as pris conseil pour [couvrir de] honte ta maison, pour détruire beaucoup de peuples, et tu as péché contre ta propre âme.
11 Car de la muraille, la pierre crie, et de la charpente, le chevron répond !
12 Malheur à celui qui bâtit une ville avec du sang et qui établit une cité sur l’iniquité !
13 Voici, n’est-ce pas de par l’Éternel des armées que les peuples travaillent pour le feu, et que les peuplades se lassent pour néant ?
14 Car la terre sera pleine de la connaissance de la gloire de l’Éternel, comme les eaux couvrent [le fond de] la mer.
15 Malheur à celui qui donne à boire à son prochain, — à toi qui verses ton outre*, et qui aussi enivres, afin que tu regardes leur nudité !
16 Tu t’es rassasié d’ignominie plus que de gloire* ; bois, toi aussi, et découvre ton incirconcision ! La coupe de la droite de l’Éternel s’est tournée vers toi, et il y aura un honteux vomissement sur ta gloire.
17 Car la violence [faite] au Liban te couvrira, et la destruction qui effraya les bêtes, à cause du sang des hommes, et de la violence [faite] au pays*, à la ville et à tous ceux qui y habitent.
18 De quel profit est l’image taillée, que l’ouvrier l’ait taillée ? [À quoi sert] l’image de fonte, enseignant le mensonge, pour que l’ouvrier se confie en sa propre œuvre pour faire des idoles muettes ?
19 Malheur à celui qui dit au bois : Réveille-toi ! — à la pierre muette : Lève-toi ! Elle, elle enseignerait ? Voici, elle est plaquée d’or et d’argent, et il n’y a aucun souffle au dedans d’elle.
20 L’Éternel est dans le palais* de sa sainteté : … que toute la terre fasse silence devant lui !
— v. 15 : quelques-uns : ta fureur. — v. 16 : ou : au lieu de gloire, ou : en perdant la gloire. — v. 17 : ou : la terre. — v. 20 : ou : temple.

*

HABAKUK 3

1 Prière de Habakuk, le prophète. Sur Shiguionoth*.
— v. 1 : pluriel de Shiggaïon, comparer Ps. 7.

2 Ô Éternel, j’ai entendu ce que tu as déclaré, [et] j’ai eu peur. Éternel, ravive ton œuvre au milieu des années ; au milieu des années, fais-la connaître. Dans la colère, souviens-toi de la miséricorde !
3 #Dieu* vint de Théman, et le Saint, de la montagne de Paran. Sélah.
Sa magnificence couvre les cieux, et sa louange remplit la terre ;
4 Et sa splendeur était comme la lumière : des rayons* lui jaillissaient de la main ; et là se cachait sa force.
5 La peste marchait devant lui, et une flamme ardente sortait sous ses pas.
6 Il se tint là et mesura* la terre, il regarda et mit en déroute les nations ;
Et les montagnes antiques furent brisées en éclats, les collines éternelles s’affaissèrent. Ses voies sont éternelles.
— v. 3 : hébreu : Éloah. — v. 4 : litt.: cornes ; peut-être : des éclairs. — v. 6 : ou : fit trembler.

*
7 Je vis les tentes de Cushan dans l’affliction ; les tentures du pays de Madian tremblèrent.
8 Est-ce contre les rivières que s’irrita l’Éternel ? ou contre les rivières que fut ta colère ? contre la mer, ta fureur, que tu fusses monté sur tes chevaux, [sur] tes chars de salut ?
9 Ton arc était mis à nu,… les verges [de jugement] jurées par [ta] parole. Sélah. Tu fendis la terre par des rivières.
10 Les montagnes te virent, elles tremblèrent ; des torrents d’eau passèrent, l’abîme fit retentir sa voix ; il leva ses mains en haut.
11 Le soleil, la lune, s’arrêtèrent dans leur demeure à la lumière de tes flèches qui volaient, à la splendeur de l’éclair de ta lance.
12 Tu parcourus le pays avec indignation, tu foulas les nations avec colère.
13 Tu sortis pour le salut de ton peuple, pour le salut de ton oint ; tu brisas le faîte* de la maison du méchant, mettant à nu les fondements jusqu’au cou. Sélah.
14 Tu transperças de ses propres traits la tête de ses chefs*: ils arrivaient comme un tourbillon pour me disperser, leur joie était comme de dévorer l’affligé en secret.
15 Tu traversas la mer avec tes chevaux, l’amas de grandes eaux.
— v. 13 : litt.: la tête. — v. 14 : selon d’autres : les chefs de ses hordes.


*
16 J’entendis, et mes entrailles* tremblèrent ; à la voix [que j’ouïs] mes lèvres frémirent, la pourriture entra dans mes os, et je tremblai sous moi-même, pour que j’eusse du repos au jour de la détresse, quand montera contre le peuple celui qui l’assaillira**.
— v. 16* : hébreu : mon ventre. — v. 16** : ou : quand il montera contre le peuple qui nous asaillira.

*
17 Car le figuier ne fleurira pas, et il n’y aura point de produit dans les vignes ; le travail de l’olivier mentira, et les campagnes ne produiront pas de nourriture ; les brebis manqueront dans le parc, et il n’y aura pas de bœufs dans les étables ;
18 Mais moi, je me réjouirai en l’Éternel, je m’égayerai dans le Dieu de mon salut.
19 L’Éternel, le Seigneur, est ma force ; il rendra mes pieds pareils à ceux des biches, et il me fera marcher sur mes lieux élevés. Au chef de musique. Sur Neguinoth*.
— v. 19 : ou : instruments à cordes.